association chorale symphonique antony asca choriste chanter concerts repertoire calendrier calendrier asca dernieres info schola cantorum ensemble orchestral les choeurs programme association chorale symphonique antony asca choriste chanter concerts repertoire calendrier calendrier asca dernieres info schola cantorum ensemble orchestral les choeurs programme
Espace Choristes

ASSOCIATION SYMPHONIQUE ET CHORALE D'ANTONY

Tél : 06 59 15 53 60

chor.asca@gmail.com

Espace Choristes : Concerts SCHUBERT

 texte de Dominique Simonnet lu par Hilde

retour vers espace choriste

MAJ le 18/06/16

  

1ere partie :

Des compositeurs que nous présentons ce soir, trois furent proches par la famille et l’amitie. En 1762, Michael Haydn, frère de Joseph, arrive à Salzbourg, tout juste nommé Premier violon et chef d’orchestre de la cour du prince – archevêque. Michael n’en est alors pas à son premier poste d’importance. Alors qu’enfant, il est avec son frère membre du choeur de la cathédrale Saint Etienne à Vienne. sa voix exceptionnelle lui vaut les louanges de l’Impératrice ; il peut poursuivre ses études musicales à la

cathédrale et générales dans les collèges religieux, alors que le pauvre Joseph, renvoyé du choeur pour cause de mue (mais aussi semble‐t‐il pour une mauvaise blague à l’un de ses camarades…) doit vivre dans la misère et étudier par lui‐même. Considéré alors par beaucoup comme le plus doué des deux frères,Michael deviendra vite l’ami de Leopold Mozart, alors vice‐maitre de chapelle de la cathédrale, puis de son fils Wolfgang : l’amitié et l’admiration réciproque entre ces deux hommes ne fut jamais démentie, au point que, lorsqu’une maladie empêcha Michael d’honorer une commande de duos pour violon et alto de leur

exigeant patron l’archevêque, Wolfgang accourut à la rescousse et composa en toute discrétion les dites pièces, épargnant ainsi à son ami les foudres que l’on imagine. L’amitié de Joseph Haydn et Wolfgang est également célèbre, ainsi Wolfgang dira : ≪ Lui seul a le secret de me faire rire et de me toucher au plus profond de mon âme. ≫ Quant à Franz Schubert, son hommage à Michael Haydn est celui‐ci : ≪ Personne sur terre ne le vénère plus chèrement que moi. ≫ Soyons donc, avec Schubert, au nombre de ses admirateurs, d’autant qu’il garde un mauvais souvenir des francais, dont les troupes, lors de leur invasion de Salzbourg

en 1800, ruinèrent le pauvre Michael et détruisirent sa maison… alors ce soir nous lui rendons hommage en musique, ainsi qu’à son frère et à son ami !

2e partie :

Nos grands musiciens de ce soir ont un autre point commun, à part le génie et la postérite de leur oeuvre : c’est celui d’avoir été dans leur prime jeunesse fort amoureux d’une jeune femme… et d’avoir épousé sa soeur ! Haydn, amoureux de Thérèse Keller, soeur d’un ami violoniste de la cathédrale, épousera l’ainée : Thérèse, en effet, avait selon le souhait de ses parents pris le voile et prononcé ses voeux, et ce au son de la musique d’un Joseph Haydn sans doute fort dépité. Wolfgang pour sa part cotoya la chanteuse Aloysia Weber a Mannheim dans le cadre de sa présentation d’un opéra, et se fit quelques illusions : mais la carrière de la soprano se deployant, elle préféra partager la vie d’un comédien de la cour, plus fortuné que Mozart, et celui‐ci épousa alors sa soeur Constance ; il laissera cependant ces mots sur Aloysia : ≪ Elle chante pour le coeur et son chant tend vers le plus

admirable cantabile. ≫. Schubert lui aussi fut épris de Thérèse… Grob, la soeur d’un ami violoniste du voisinage dans son quartier

de Vienne a Lichtental, elle avait quelques mois de moins que lui et il écrivit nombre de ses compositions de jeunesse pour sa voix de soprano, notamment celles que vous entendrez ce soir : cet amour était partagé par la jeune fille, qui attendit trois années que Schubert put, en trouvant une situation matérielle correcte, se proposer : en vain, et c’est ainsi que selon le souhait de ses parents elle se résolut à épouser quelqu’un d’autre, ce qui brisa le coeur du musicien, car disait‐il : ≪ Elle chantait merveilleusement, avec un sentiment profond, et elle était bonne, bonne du fond du coeur.≫ De l’époque de sa fréquentation sortiront des oeuvres

éternelles, tels que les lieder ≪ Marguerite au rouet ≫ ou ≪Le Roi des Aulnes ≫, et tant d’autres ; Schubert, finalement, ne se maria pas, lui, avec une soeur de son aimée... ni avec personne. Ayons une pensée pour cette inspiratrice, et pour toutes les inspiratrices !